Nous avons aimé...

0
Pas encore de votes
Mario Rigoni Stern, c'était un homme de la montagne. De l'Altipiano, pour être précis, haut plateau d'Italie, aux limites de l'Autriche, peuplé d'arbres, de bêtes, et d'hommes fraternels. Les histoires de Mario racontent la vie, les saisons, les animaux, et évoquent les visages disparus de ses compagnons d'armes, engagés malgré eux dans les passions dérisoires des deux guerres mondiales. Des récits qui donnent à comprendre ce qu'est l'homme, dans ce qu'il a peut-être de plus noble, sa fraternité.
Olivier
0
Pas encore de votes

L'histoire est prenante, on est captivé du début à la fin. Une lecture addictive riche en émotion, c'est intense, moderne et plein de suspense, ça se dévore sans faim, à découvrir de toute urgence !
Valérie

0
Pas encore de votes

Les 100, Retour, vous en avez sûrement entendu parler par ici… c’est un incontournable de la science-fiction : le parfait cocktail du genre entre planètes, espace, et extra-terrestres qui ne sont autres que… des humains. En bref, un livre virevoltant et jouissif, à lire d’urgence !
Élisabeth et Valérie

Et vous ?...

Le feu. Des radiations ont ravagé la terre. Le monde n'est plus ce qu'il était. Les survivants doivent apprendre à vivre sur cette Terre où le Soleil n'existe plus, les oiseaux ne chantent plus...
C'est à travers l'histoire de Corentin, un jeune homme en fin d'année universitaire que nous découvrons le monde d'avant, -avec le Soleil-, la bière, l'amour, les rêves. Et le monde d'après, -sans le Soleil-, le ciel toujours couvert d'un nuage gris, silencieux où règnent la faim, le meurtre, le viol et le vol.
Sandrine Collette, de sa plume trempée dans la sécheresse des bois calcinés, les Forêts, enveloppée de cet amour de la terre dont on devine l'enracinement en elle, décrit, avec beaucoup de pudeur, la désolation de la terre comme la déshumanisation des êtres humains. Cependant, quand la Nature s'égaie de nouveau, de sa plume jaillit, comme une peinture, des mots par touches, l'air de rien qui nous ramène à la Vie. A la Vie, oui, cette Vie qu'il faut arracher, à même, l'inceste. 
Un très beau roman. Dur mais beau.

Dans le huis clos familial, Telly et Sharlah sont maltraités par la violence d'un père alcoolique. Jusqu'au jour où Telly, 9 ans, tue son père pour protéger sa petite soeur.
Des années plus tard, un massacre est commis dans une station service, et tout accuse Telly...
Une intrigue bien ficelée, où la force de l'amour fraternel est disséquée, avec beaucoup de finesse et de pudeur, par Lisa Gardner. Une enquête palpitante, des rebondissements à point nommés, malgré quelques longueurs.