À compter du 30 septembre 2021, le pass sanitaire est obligatoire pour les mineurs agés de 12 à 17 ans.
Sélection thème temps.jpg

Nous avons aimé...

0
Pas encore de votes

Il a rempli parfaitement son rôle de « roman léger qui fait du bien ». Cette lecture est une pause douceur…
Valérie

0
Pas encore de votes

Un court roman délicieusement impertinent, terriblement drôle et sans conteste érotique. Tous les moyens déloyaux sont bons pour séduire les croyantes, et le lecteur, horrifié et ravi, tourne les pages sans pouvoir s'arrêter... Une alternative pleine de charme et bien écrite aux Cinquante nuances à la mode.
Virginie

0
Pas encore de votes

Un roman noir en BD, ça existe, la preuve. Timothée de Fombelle, connu pour ses magnifiques romans pour la jeunesse (Tobie Lolness en particulier), nous propose un récit tout en délicatesse, où chaque touche, même esquissée, est signifiante. Comme à son habitude, de multiples flashbacks dessinent à grands traits l'histoire passée de l'héroïne, afin d'éclairer son présent. Un récit noir et lumineux : un oxymore de papier, à découvrir.

Virginie

Et vous ?...

Clémence n'est pas partie, elle s'est enfuie. Loin de Thomas, son compagnon, qu'elle a aimé jusqu'à oublier qui elle est. Loin de Thomas, le manipulateur, qui a profité de l'amour de Clémence pour assouvir ses bas instincts et l'avilir.
Quand Thomas retrouve la trace de Clémence, Clémence sait que sa nouvelle vie est menacée. Peu à peu, elle tisse alors un filet invisible autour de Thomas.
La vengeance est un plat qui se mange froid, n'est ce pas ?...
Avec son écriture incisive , S. Collette nous entraîne dans les méandres de la vie en couple, avec ou sans sentiments exacerbés, et par delà, l'emprise qu'un être peut exercer sur un autre être.

Le feu. Des radiations ont ravagé la terre. Le monde n'est plus ce qu'il était. Les survivants doivent apprendre à vivre sur cette Terre où le Soleil n'existe plus, les oiseaux ne chantent plus...
C'est à travers l'histoire de Corentin, un jeune homme en fin d'année universitaire que nous découvrons le monde d'avant, -avec le Soleil-, la bière, l'amour, les rêves. Et le monde d'après, -sans le Soleil-, le ciel toujours couvert d'un nuage gris, silencieux où règnent la faim, le meurtre, le viol et le vol.
Sandrine Collette, de sa plume trempée dans la sécheresse des bois calcinés, les Forêts, enveloppée de cet amour de la terre dont on devine l'enracinement en elle, décrit, avec beaucoup de pudeur, la désolation de la terre comme la déshumanisation des êtres humains. Cependant, quand la Nature s'égaie de nouveau, de sa plume jaillit, comme une peinture, des mots par touches, l'air de rien qui nous ramène à la Vie. A la Vie, oui, cette Vie qu'il faut arracher, à même, l'inceste. 
Un très beau roman. Dur mais beau.