2.png
Les horaires d'ouverture adaptés COVID sont de retour après le confinement
du mardi au vendredi : 15h-18h le samedi : 10h-12h et 15h-18h
2.png

Nous avons aimé...

0
Pas encore de votes

Suite et fin si longtemps attendue de « La servante écarlate », « Les testaments » est un roman plus facile à aborder que son illustre prédécesseur. La narration à trois voix permet de prendre de la hauteur et de la profondeur, et devient, de fait, moins étouffant que le premier tome. Avec un propos toujours très politique et humaniste, Margaret Atwood dépeint des sociétés imparfaites qui tentent de faire de leur mieux, pour le meilleur... et pour le pire. Une lecture qui interpelle, comme toujours dans l'oeuvre de son auteur.

Virginie

0
Pas encore de votes

Il y a quelque chose d’insouciant, de léger et de bondissant dans les photographies de ce dilettante. Quelque chose qui ressemble à de l’allégresse. Les photos de Lartigue, ça donne envie de marcher sur les mains !
Olivier

0
Pas encore de votes

Il a rempli parfaitement son rôle de « roman léger qui fait du bien ». Cette lecture est une pause douceur…
Valérie

Et vous ?...

Le feu. Des radiations ont ravagé la terre. Le monde n'est plus ce qu'il était. Les survivants doivent apprendre à vivre sur cette Terre où le Soleil n'existe plus, les oiseaux ne chantent plus...
C'est à travers l'histoire de Corentin, un jeune homme en fin d'année universitaire que nous découvrons le monde d'avant, -avec le Soleil-, la bière, l'amour, les rêves. Et le monde d'après, -sans le Soleil-, le ciel toujours couvert d'un nuage gris, silencieux où règnent la faim, le meurtre, le viol et le vol.
Sandrine Collette, de sa plume trempée dans la sécheresse des bois calcinés, les Forêts, enveloppée de cet amour de la terre dont on devine l'enracinement en elle, décrit, avec beaucoup de pudeur, la désolation de la terre comme la déshumanisation des êtres humains. Cependant, quand la Nature s'égaie de nouveau, de sa plume jaillit, comme une peinture, des mots par touches, l'air de rien qui nous ramène à la Vie. A la Vie, oui, cette Vie qu'il faut arracher, à même, l'inceste. 
Un très beau roman. Dur mais beau.

Dans le huis clos familial, Telly et Sharlah sont maltraités par la violence d'un père alcoolique. Jusqu'au jour où Telly, 9 ans, tue son père pour protéger sa petite soeur.
Des années plus tard, un massacre est commis dans une station service, et tout accuse Telly...
Une intrigue bien ficelée, où la force de l'amour fraternel est disséquée, avec beaucoup de finesse et de pudeur, par Lisa Gardner. Une enquête palpitante, des rebondissements à point nommés, malgré quelques longueurs.