Tous les coups de coeur

0
Pas encore de votes

Margaret Atwood est d'une effroyable lucidité. Tous ses romans, même paraissant être « d'anticipation », sont basés sur des faits existants ou ayant existé. Dans La servante écarlate, le quotidien de la narratrice, Defred, nous enserre tel un étau. Sans perspective autre que sa vie monacale, privée de liberté jusqu'à son propre prénom, parce qu'elle appartient désormais à Fred, Defred est à la fois témoin et victime d'une société dans laquelle les hommes violent rituellement les femmes fertiles au nom de la survie de l'espèce. On ressort épuisé de cette pourtant courte lecture, parce que, tout comme la narratrice, on a manqué d'oxygène. Un lent et inexorable étouffement, plus percutant qu'un long discours. Roman adapté en série télévisée (The Handmaid's Tale, 2017).
Virginie

0
Pas encore de votes

Cazaril, ancien officier brisé par des années comme prisonnier sur les galères, cherche refuge dans une noble maison qui l'accueille chaleureusement. Il devient secrétaire d'Iselle, dont le frère est héritier du trône de Chalion. Secrétaire, conseiller, protecteur, et enquêteur à l'occasion, Cazaril redécouvre les chausse-trappes de la cour et tente de préserver la vie et l'avenir de sa protégée. Fidèle à son habitude (voir la Saga Vorkosigan), Lois McMaster Bujold nous régale de personnages cassés par la vie, si attachants qu'ils en deviennent nos amis imaginaires, dans un récit de fantasy qui fait la part belle aux intrigues politiques, aux conflits religieux et aux rebondissements. Un authentique moment de félicité.

Virginie

5
Moyenne: 5 (1 vote)

Sans pathos, mais infiniment touchant. Un très beau premier roman. Une belle ode aux femmes, à leur courage, à leur espoir, à leur force.
Valérie

0
Pas encore de votes

Deux ados, orphelins. Deux demi-frères aux destins tragiques. L'un va connaître la rédemption, malgré tout. Tandis que l'autre va s'enfoncer dans la voie qui va le détruire. C'est un thriller passionnant avec une intrigue à rebondissements et qui vous emporte...
Honorine

0
Pas encore de votes

« ​Shi » est une oeuvre dérangeante, un coup de poing dans le ventre. Des femmes qui décident d'employer les moyens même par lesquels elles sont avilies, violentées ou violées contre leurs bourreaux, des femmes qui rendent coup pour coup, oeil pour oeil, dent pour dent. Pour lesquelles aucun acte, si violent et barbare soit-il, n'est tabou, afin de mettre leurs tortionnaires, souvent masculins, au pied du mur, sans échappatoire devant la gravité de leur méfaits. Une oeuvre violente et sans concession.
Virginie

5
Moyenne: 5 (1 vote)
Cette histoire d’amour n’est pas aussi « cliché » qu’on l’imagine. L'auteure a su faire de son histoire un véritable moment de bonheur pour le lecteur.
Valérie
5
Moyenne: 5 (1 vote)
Cette histoire d’amour n’est pas aussi « cliché » qu’on l’imagine. L'auteure a su faire de son histoire un véritable moment de bonheur pour le lecteur.
Valérie
0
Pas encore de votes

C'est le roman qui a fait prendre conscience aux françaises de la maltraitance qu'elles subissent dans le cadre des consultations gynécologiques. Basé sur des témoignages, ce roman est un coup de poing au ventre et une révélation. À lire, par les hommes et par les femmes.
Virginie

0
Pas encore de votes

Un très bon ouvrage de vulgarisation. L'auteur nous fait prendre conscience de l'importance de cet organe mal aimé. Un livre drôle et intéressant.
Éliane

0
Pas encore de votes

Grandir passe par étapes plus ou moins difficiles ; Gigliola Alvisi, dans ce roman à première vue un peu léger, décrit plutôt bien le passage de l'innocence de l'enfance à l'adolescence. Lucrezia doit passer du statut d'enfant unique à celui de membre d'une fratrie. En faisant l'apprentissage de la vie dans une grande famille, elle se prépare à faire de la place au futur bébé. Tout ne se passe pas sans douleur mais à la fin des vacances, Lucrezia a grandi et elle a pris la place qui lui revient entre ses parents un peu trop parfaits.
Valérie

0
Pas encore de votes

Ce roman est à l'origine du film « À la poursuite d'Octobre Rouge ». Étonnant d'exactitude, servi par une documentation impressionnante sur les technologies et les stratégies militaires américaines et soviétiques, il emmène le lecteur dans les profondeurs océaniques, un monde de silence et de danger, où ce qu'on devine est au moins aussi important que ce que l'on sait. Un thriller devenu classique, qui n'a rien perdu de sa superbe.
Virginie

0
Pas encore de votes

« Sans âme » est le premier tome de la série du « Protectorat de l'ombrelle », qui en compte 5. Il s'agit d'une saga d'aventure fantastique, absurde et délicieusement drôle. Le maniérisme aristocratique de l'époque victorienne côtoie les comportements les plus invraisemblables, comme de voir un vampire s'attaquer à une dame dans une bibliothèque sans même avoir été présenté ! Absurde mais intelligemment écrite et rondement menée, avec une maîtrise parfaite du récit et des personnages, la série aborde, derrière une apparence légère, des sujets plus profonds. La traduction de qualité met en valeur cette fanfreluche littéraire, indispensable les jours de grisaille.
Virginie