Tous les coups de coeur

0
Pas encore de votes

J’ai bien aimé cette petite histoire sympathique qui aborde des thèmes importants comme la confiance en soi, la relation entre les autres et soi, l’homosexualité, les études et ambitions de chacun et surtout cette période charnière qu’est l’adolescence.
Valérie

0
Pas encore de votes
Mario Rigoni Stern, c'était un homme de la montagne. De l'Altipiano, pour être précis, haut plateau d'Italie, aux limites de l'Autriche, peuplé d'arbres, de bêtes, et d'hommes fraternels. Les histoires de Mario racontent la vie, les saisons, les animaux, et évoquent les visages disparus de ses compagnons d'armes, engagés malgré eux dans les passions dérisoires des deux guerres mondiales. Des récits qui donnent à comprendre ce qu'est l'homme, dans ce qu'il a peut-être de plus noble, sa fraternité.
Olivier
0
Pas encore de votes

Ce film est une bombe de beauté, de réalisme et de vie. Film émouvant, touchant, vrai, qui transmet un beau message sur l'acceptation de soi, de s'aimer et d'être aimé. Il parlera à beaucoup…
Valérie

0
Pas encore de votes
Tous les ingrédients pour convenir à une jolie comédie, en toute modestie, se bousculent en un joyeux chaos et invitent le lecteur à un agréable passe-temps. Un roman distrayant, qui rappelle que l'amour pique comme un cactus.
Valérie
0
Pas encore de votes
L'auteur a seulement 16 ans ! Sa couverture haute en couleurs est très intrigante et son résumé donne envie de se propulser dans l'histoire.
Valérie
0
Pas encore de votes

Un roman noir en BD, ça existe, la preuve. Timothée de Fombelle, connu pour ses magnifiques romans pour la jeunesse (Tobie Lolness en particulier), nous propose un récit tout en délicatesse, où chaque touche, même esquissée, est signifiante. Comme à son habitude, de multiples flashbacks dessinent à grands traits l'histoire passée de l'héroïne, afin d'éclairer son présent. Un récit noir et lumineux : un oxymore de papier, à découvrir.
Virginie

0
Pas encore de votes

Un délicieux mélange de fantasy et de science-fiction et une intrigue au rythme effréné qui ne manqueront pas de maintenir le lecteur en haleine !
Valérie

0
Pas encore de votes
Avorton lourdement handicapé par un squelette friable, une toute petite taille, Miles Vorkosigan est le héros génial et un peu fêlé d'une longue série de romans et nouvelles. Victime de violents préjugés, primesautier, d'une effroyable vivacité et doté d'un coeur bien plus grand que son corps, Miles est un compagnon attachant, un ami imaginaire que nous sommes heureux de côtoyer. Plusieurs des protagonistes de la saga souffrent de handicaps physiques ou psychologiques sévères. Leurs motivations et leurs actions sont partiellement basées sur ces souffrances. Le handicap est au coeur de l'oeuvre. Et c'est à mon sens ce qui élève la Saga Vorkosigan au delà du simple divertissement : sous des apparences de légèreté, Lois McMaster Bujold aborde un sujet grave. Divertissante, la saga Vorkosigan ? Oui. Gratuite ? Non, certainement pas.
Virginie
0
Pas encore de votes

La personnalité de Norman s'affirme et pas nécessairement pour le meilleur. Pourtant, une nouvelle arrivante à White Pine Bay pourrait bien le détourner pour un temps de ses pulsions meurtrières et de la relation étrange qu'il entretient avec sa mère. Mais son passé le rattrape rapidement et un nouveau personnage menace de découvrir son petit secret.
Nicole

0
Pas encore de votes

On est dans un roman psychologique, il y a des montées dramatiques importantes qui gardent le lecteur captif. Un roman poignant qui, je dois bien l’avouer, m’a fait verser quelques larmes.
Valérie

0
Pas encore de votes

L’amitié et la musique sont les personnages clefs de cette histoire. Les messages transmis sont vraiment importants et j'ai apprécié le côté psychologique de l'histoire. Belle découverte !
Valérie

0
Pas encore de votes

Quatre nouvelles policières écrites par quatre auteurs français, dont Gaëlle Perrin-Guillet, une auteure reçue en avril 2018 à la Médiathèque dans le cadre de Quais du polar, pour son roman, Soul of London. Ces quatre nouvelles peuvent jouer un rôle de  « porte d’entrée » dans la littérature policière.  Et quant aux amateurs de polars, ces  nouvelles sont des friandises  à déguster, sans modération.
Honorine