Nous avons aimé...

0
Pas encore de votes

L’auteure nous offre une histoire plus mature que les précédentes, des personnages qui ressemblent aux hommes et aux femmes d’aujourd’hui, des questionnements qui font écho aux nôtres… Le tout saupoudré d’humour et d’optimisme. Un livre qui fait écho à la vie d’aujourd’hui.
Valérie

0
Pas encore de votes

Prenez le temps d'e-penser est le meilleur livre de vulgarisation scientifique que j'aie jamais lu. Complet, varié, didactique, drôle, il permet au lecteur non scientifique de tout saisir, vraiment tout, sur des sujets qui semblent habituellement dépasser largement la capacité de compréhension du citoyen lambda. Bruce Benamran partage son insatiable curiosité et son humour avec le plus grand nombre, avec talent et panache. La science, c'est de la culture, et c'est une des composantes essentielles de la boîte à outils qui nous permet d'appréhender le monde avec un regard éclairé, objectif et critique. Ce livre est indispensable.
Virginie

0
Pas encore de votes

« Sans âme » est le premier tome de la série du « Protectorat de l'ombrelle », qui en compte 5. Il s'agit d'une saga d'aventure fantastique, absurde et délicieusement drôle. Le maniérisme aristocratique de l'époque victorienne côtoie les comportements les plus invraisemblables, comme de voir un vampire s'attaquer à une dame dans une bibliothèque sans même avoir été présenté ! Absurde mais intelligemment écrite et rondement menée, avec une maîtrise parfaite du récit et des personnages, la série aborde, derrière une apparence légère, des sujets plus profonds. La traduction de qualité met en valeur cette fanfreluche littéraire, indispensable les jours de grisaille.
Virginie

Et vous ?...

Clémence n'est pas partie, elle s'est enfuie. Loin de Thomas, son compagnon, qu'elle a aimé jusqu'à oublier qui elle est. Loin de Thomas, le manipulateur, qui a profité de l'amour de Clémence pour assouvir ses bas instincts et l'avilir.
Quand Thomas retrouve la trace de Clémence, Clémence sait que sa nouvelle vie est menacée. Peu à peu, elle tisse alors un filet invisible autour de Thomas.
La vengeance est un plat qui se mange froid, n'est ce pas ?...
Avec son écriture incisive , S. Collette nous entraîne dans les méandres de la vie en couple, avec ou sans sentiments exacerbés, et par delà, l'emprise qu'un être peut exercer sur un autre être.

Le feu. Des radiations ont ravagé la terre. Le monde n'est plus ce qu'il était. Les survivants doivent apprendre à vivre sur cette Terre où le Soleil n'existe plus, les oiseaux ne chantent plus...
C'est à travers l'histoire de Corentin, un jeune homme en fin d'année universitaire que nous découvrons le monde d'avant, -avec le Soleil-, la bière, l'amour, les rêves. Et le monde d'après, -sans le Soleil-, le ciel toujours couvert d'un nuage gris, silencieux où règnent la faim, le meurtre, le viol et le vol.
Sandrine Collette, de sa plume trempée dans la sécheresse des bois calcinés, les Forêts, enveloppée de cet amour de la terre dont on devine l'enracinement en elle, décrit, avec beaucoup de pudeur, la désolation de la terre comme la déshumanisation des êtres humains. Cependant, quand la Nature s'égaie de nouveau, de sa plume jaillit, comme une peinture, des mots par touches, l'air de rien qui nous ramène à la Vie. A la Vie, oui, cette Vie qu'il faut arracher, à même, l'inceste. 
Un très beau roman. Dur mais beau.